Apprendre à bien mémoriser à l’école

Apprendre à bien mémoriser à l’école

Mises au point par un enseignant, des techniques efficaces de mémorisation au service de tous les apprentissages.

Lire la suite →

Habiter les espaces à forte contraintes – Cours Géographie : 6eme Primaire

Habiter les espaces à forte contraintes – Cours : 6eme Primaire – Géographie

  • Certains espaces présentent des contraintes particulières pour l’occupation humaine.
  • Les sociétés, suivant leurs traditions culturelles et les moyens dont elles disposent, les subissent, les surmontent voire les transforment en atouts.

Les espaces à fortes contraintes présentent des caractéristiques naturelles hostiles au peuplement par l’homme, pour des raisons de climat, de relief ou encore d’accès à l’eau. On distingue quatre grands types d’espaces à fortes contraintes : les déserts chauds, les déserts froids, les hautes montagnes et les petites îles. Chaque espace a vu l’homme tenter de s’adapter à ses contraintes afin de l’occuper en sécurité et dans des conditions de confort satisfaisantes. Toutefois, de vastes territoires restent aujourd’hui peu ou pas occupés.

I. Les déserts chauds et froids

1. Les déserts chauds et leurs contraintes extrêmes

Les déserts chauds se caractérisent par de hautes températures et une sécheresse qui empêchent toute culture agricole ayant recours à l’eau, par exemple au Sahara ou en Arabie. On y trouve plusieurs types de paysages:

  • Les ergs : de vastes étendues de sable.
  • Les regs : de vastes étendues de pierre.
  • Les plateaux rocheux.

Le peuplement est parfois sédentaire, installé autour d’oasis (espaces où l’agriculture est rendue possible grâce à un accès à une eau souterraine ou à une rivière), mais le plus souvent composé d’éleveurs nomades qui vivent du commerce.

Les déserts chauds regorgent cependant de ressources naturelles (hydrocarbures, minerais, nappes phréatiques qui sont de grandes réserves souterraines naturelles d’eau) de plus en plus exploitées par l’Homme. Exemple de Doubai

2. Les déserts froids encore peu ou pas habités :

Dans les déserts froids, le climat rugueux rend l’agriculture impossible. Le permafrost (sous-sol gelé toute l’année) complique même le creusement de canalisations et les constructions, notamment en Sibérie et dans le grand nord canadien. Les paysages sont caractéristiques des conditions climatiques extrêmes qu’ils endurent:

  • La taïga est une forêt composée notamment de conifères (sapins, pins) et de bouleaux.
  • La toundra est un ensemble de végétaux dans lequel on retrouve entre autres des mousses, des lichens, des fougères.
  • L’inlandsis, en Antarctique et au cœur du Groenland, est une épaisse couche de glace sur laquelle aucune végétation ne peut se développer.

Les déserts froids sibériens et canadiens sont habités par des populations vivant essentiellement de chasse, de pêche et d’élevages. En Antarctique, les conditions sont si contraignantes qu’aucune population humaine n’y vit en permanence. Seuls des groupes de chercheurs s’y relaient dans le cadre de missions scientifiques.

II. Les hautes montagnes et les petites îles

1. Les hautes montagnes : des situations très différentes à travers le monde

En haute montagne, les contraintes sont liées aux fortes pentes, au froid et à la neige. Les risques naturels hostiles au peuplement humain sont à l’origine de catastrophes : avalanches, glissements de terrains, etc.

Habiter une haute montagne revêt cependant des réalités différentes dans les différentes zones du monde :

Dans les pays en développement, ce sont généralement des territoires pauvres et isolés, où l’agriculture demeure l’activité principale, exercée sur les pentes douces et dans les vallées.

Dans les pays développés, l’agriculture a décline et laissé place à de nouvelles activités, comme l’hydroélectricité via des barrages, et le tourisme (stations de ski, randonnées estivales). Le développement de voies de communication a permis de connecter ces espaces au reste des territoires.

 

 

2. Les petites îles : des aménagements qui n’effacent pas toutes les contraintes naturelles

Les petites îles présentent des contraintes naturelles hostiles au peuplement :

  • Elles sont isolées des continents et difficiles d’accès.
  • Elles ne disposent que de peu de ressources naturelles pour subvenir aux besoins de leur population.
  • Leur climat est souvent humide et elles sont victimes de tempêtes et de cyclones (tourbillons qui provoquent des vents très violents et des pluies diluviennes).
  • Souvent volcaniques ou montagneuses, elles présentent des risques de séismes, d’éruptions volcaniques, et compliquent les déplacements humains sur leur sol par leur relief.

Les hommes ont effectué des aménagements afin de faciliter la vie sur une petite île :

  • La construction de ports et d’aéroports facilite les échanges avec les continents.
  • De nombreux travaux de routes et d’infrastructures permettent de se déplacer aisément à l’intérieur de ces îles.
  • Les activités touristiques ont attiré les populations des continents lointains et sont devenues une source de revenus essentielle pour de nombreuses îles.

Télécharger les documents

Habiter les espaces à forte contraintes – Cours : 6eme Primaire – Géographie   rtf

Habiter les espaces à forte contraintes – Cours : 6eme Primaire – Géographie   pdf


Par Pass-Education

Les articles suivants pourraient vous intéresser

Partager cet article



Apprendre à bien mémoriser à l’école

Apprendre à bien mémoriser à l’école

Mises au point par un enseignant, des techniques efficaces de mémorisation au service de tous les apprentissages.

Lire la suite →

» Page précédente