La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde – Cours : 6eme Primaire

Cours en Géographie pour la 6ème : La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde.

Problématique : Quelles sont les différentes formes d’occupation spatiale dans le monde ?

Sommaire :

 

Introduction

 

I.                 Des formes d’occupation spatiale diverses

A.    Les formes d’occupation spatiale urbaines

B.    Les formes d’occupation spatiale rurales

C.    Les formes d’occupation spatiale des sociétés nomades

 

II.               Les facteurs explicatifs

A.    Les facteurs physiques

B.    Les facteurs culturels

C.    Les facteurs économiques et démographiques

 

Conclusion

 

Introduction

La Terre est habitée par des sociétés humaines très diverses, vivant dans des espaces très différents et aux climats variés.

  • Certaines sociétés sont sédentaires, d’autres nomades.
  • Les aménagements vont être différents selon qu’il s’agisse d’espaces urbains ou ruraux, en plaine ou à forte contrainte, en zone désertique ou en zone tempérée, etc.

Habiter : Vivre dans un lieu mais aussi s’y loger, y circuler, y travailler… En géographie, « habiter » renvoie donc à toutes les pratiques quotidiennes dans un lieu.

Source : Livre scolaire

La manière d’habiter va donc dépendre de facteurs culturels et historiques mais aussi de facteurs physiques (climat, relief).

Néanmoins, si « habiter » dépend de multiples facteurs, toutes les sociétés humaines ont les mêmes besoins :

  • Se loger, s’abriter des éléments
  • Trouver et utiliser des ressources pour répondre à leurs besoins
  • Travailler
  • Se déplacer
  • Exercer tout type d’activités (école, loisirs, …).

Afin de répondre à ces besoins, les sociétés réalisent des aménagements.

Aménagement : Transformation d’un territoire pour répondre aux besoins des hommes.

Dès lors, quelles sont les différentes formes d’occupation spatiale dans le monde ? Peut-on en déduire des facteurs explicatifs ?

Des formes d’occupation spatiale diverses

Les formes d’occupation spatiale urbaines

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville.

Les caractéristiques de l’habitat urbain

L’habitat urbain est concentré : c’est un espace réduit, comprenant des activités économiques et des zones résidentielles. Cela indique qu’il y a une forte densité de population.

Densité de population : Nombre d’habitants par km²

En effet, les zones urbaines ont une forte contrainte d’espace. Ainsi, on trouve en ville de nombreux habitats collectifs.

Habitat collectif : Immeuble, réunion de plusieurs appartements au sein d’un même bâtiment.

Document : Différentes formes d’habitat collectif (source Wikipédia)

Logements sociaux à Paris

Immeubles à Dijon

Quelle que soit sa forme, l’habitat collectif a pour but de densifier le logement en ville. Certains espaces peuvent être en commun : des jardins, un local vélo, un parking… Cette mise en commun permet également de concentrer les usages dans un espace plus réduit.

  1. Les formes d’occupation spatiale rurales

Les caractéristiques de l’habitat rural

L’habitat rural est rarement collectif. En effet, la campagne se caractérise majoritairement par des maisons individuelles.

Habitat individuel : Habitat pour une seule famille

L’habitat rural est dispersé ou regroupé.

L’habitat dispersé signifie que la majeure partie de la population habite soit dans des hameaux soit dans des fermes isolées.

Hameau : Petit groupe d’habitations en espace rural, trop petit pour être qualifié de village.

C’est le cas typique des zones de bocage avec des champs clos.

L’habitat regroupé est une zone dans laquelle la population se regroupe dans un village. Il est typique des espaces de plaines céréalières, comme la Beauce en France.

Habitat dispersé au Canada                                  

Habitat regroupé en France

Source : monde.ccdmd.qc.ca

Source : Vikidia

  1. Les formes d’occupation spatiale des sociétés nomades

Le nomadisme est un mode de vie fondé sur le déplacement au cours de l’année. Il s’oppose à la sédentarité, qui est aujourd’hui le mode de vie le plus répandu chez les humains.

Généralement, c’est la quête de nourriture qui est à l’origine des déplacements de ces populations : cueillette, élevage… Néanmoins, il existe aujourd’hui des pratiques nomades liées à la culture et qui ne sont plus motivées par le besoin alimentaire.

Ces sociétés occupent l’espace d’une façon particulière. Leur habitat est généralement transportable et fabriqué en matériaux légers. Ainsi, la tente est le mode d’habitat privilégié. Cependant, elle prend des formes différentes selon les cultures et les nécessités du climat.

Les habitants des steppes d’Asie centrale, comme les nomades mongols, utilisent ainsi la yourte, qui est prévue pour garder la chaleur. Ces tentes rondes sont recouvertes de laine ou de poils d’animaux.

Document : Une yourte mongole

La yourte est un habitat familial composé d’une pièce unique. On y trouve plusieurs lits, des meubles, …

La yourte n’a qu’une seule entrée. Elle est facilement démontable en quelques heures. Elle est ensuite posée sur un chariot tiré par des bovins jusqu’au lieu suivant.

Source : Wikipédia

Un autre type de climat entraîne un autre type d’habitat. Ainsi, les tentes des Bédouins du désert d’Arabie cherchent à maintenir la fraicheur. Le tissu est bien plus léger et de couleur blanche. De la même façon que la yourte, les tentes bédouines sont aisément démontables et transportables.

  1. Les facteurs explicatifs

Il existe donc des formes d’occupation spatiales très variées selon les lieux étudiés. Plusieurs types de facteurs expliquent cette variété.

  1. Les facteurs physiques

On parle de facteurs physiques pour qualifier les contraintes naturelles qui peuvent expliquer en partie le mode d’occupation spatiale qui est adopté par les sociétés humaines.

Le climat

Le climat est le mélange de deux facteurs : la température et le niveau de précipitation (pluie, neige…). Les climats varient sur la Terre en fonction de la latitude, de l’altitude ou encore de la proximité des océans.

Ainsi, il existe trois zones climatiques :

  • Les zones polaires : l’Arctique et l’Antarctique
  • Les zones tempérées : par exemple, l’Europe occidentale.
  • Les zones intertropicales : entre le tropique du Cancer et du Capricorne.

En dehors des espaces tempérés, propices à l’installation humaine, le climat peut influencer le type d’habitat.

Par exemple, en Afrique subsaharienne, les populations vont bâtir des habitations permettant de lutter contre la chaleur. C’est le cas de la case Bambara (du nom d’une ethnie principalement établie au Mali).

Document : la case Bambara

La case Bambara est circulaire et de petite taille. Son toit en chaume et l’absence de fenêtre permet d’éviter une haute température à l’intérieur en cas de grosses chaleurs.

Source : Wikipédia

A l’inverse, en zone polaire, on trouve des habitats construits dans le but d’éviter au maximum les déperditions de chaleur. C’est le cas de l’igloo chez les Inuits.

Document : un igloo Inuit (Arctique)

L’igloo inuit est construit à partir de blocs de glace. Il répond à des exigences architecturales précises. Par exemple, il y a un petit tunnel d’entrée pour éviter les déperditions de chaleur à l’intérieur. Cette entrée doit être la plus basse possible, pour éviter l’intrusion du vent glacial. A l’intérieur, on peut se chauffer en brûlant de la graisse de baleine.

Cette architecture est très efficace. Par une température extérieure de -40°C, il peut faire plus de 16°C dans l’igloo.

Source : Alamyimages.fr

Les catastrophes naturelles régulières

Certains espaces connaissent des catastrophes naturelles de façon plus régulières. C’est le cas des zones sismiques qui subissent des tremblements de terre fréquents.

Les pays concernés soumettent de plus en plus leur habitat à des normes antisismiques. Cela signifie que les nouvelles constructions doivent répondre à certaines exigences qui limitent l’impact d’un séisme.

Document : La tour Tapei 101 à Taïwan

La tour Tapei 101 est un gratte-ciel de 828m de hauteur, ce qui en fait la 2e tour la plus haute du monde.

Située dans une zone très exposée aux tremblements de terre, elle dispose d’un système de balancier à son sommet pour absorber les secousses. En effet, une construction doit pouvoir se déformer légèrement pour supporter un tremblement de terre.

Source : Wikipédia

L’altitude

Construire en altitude est difficile : il faut composer avec la pente mais aussi transporter les matériaux nécessaires. Ainsi, l’habitat de montagne est généralement fabriqué en bois local, trouvé dans les forêts en altitude.

Le climat particulier de la montagne entraîne aussi des types de constructions variables :

  • Dans les Alpes, la pluie est abondante. On trouvera donc des toits en pente pour que l’eau ruisselle.
  • Pour bénéficier davantage de la chaleur du soleil, les habitations sont généralement orientées vers le sud. La face nord de la montagne est peu peuplée.

Document : Un habitat dispersé à Nagarkot (Népal)

Le manque de place en altitude favorise l’habitat dispersé ou l’habitat groupé très peu dense (petits villages).

Le terrain est aplani pour y installer la maison. Autour, on reconnait des terrasses agricoles qui permettent de cultiver.

Les toits sont en pente pour évacuer facilement les pluies abondantes des moussons.

Source : zonehimalaya.net

  1. Les facteurs culturels

Si les facteurs physiques modèlent les habitats humains, il existe aussi des facteurs historiques et culturels qui permettent de comprendre comment les hommes choisissent d’organiser leur territoire.

Des motifs religieux

Les pratiques religieuses des sociétés influencent leur habitat. Par exemple, la religion peut interdire un type d’espace ou au contraire le favoriser.

Document : Le sanctuaire de Kumano Nachi Taisha au Japon

Au Japon, la religion shintoïste considère que la montagne est réservée aux divinités.

Ainsi, la population est concentrée dans les espaces de plaine mais les montagnes sont des espaces très peu peuplés et peu aménagés.

Source : japan-kudasai.com

Des motifs culturels d’organisation familiale

L’habitat est aussi dépendant de l’organisation familiale au sein des différentes sociétés.

Par exemple, les sociétés occidentales modernes sont organisées selon la famille nucléaire : parents et enfants. Ainsi, les habitations peuvent être de taille plutôt réduite. En leur sein, chaque individu dispose d’un espace à lui (chambre), avec une pièce à vivre partagée par tous.

D’autres sociétés fonctionnent avec une autre organisation des rapports familiaux. En Asie, il n’est pas rare de voir des habitats abritant toutes les générations sous le même toit : grands-parents, parents, enfants.

 



Leçon 6ème La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde pdf

Leçon 6ème La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde rtf

Apprendre autrement 6ème La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde pdf

Apprendre autrement 6ème La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde rtf


Exercices en ligne : Géographie : 6eme Primaire

Tables des matières L